SFIIC Acte 3 : la revue CORE reparait

La SFIIC a entamé depuis 2017 et après 35 ans d’existence une refonte importante tout en respectant et en confortant l’esprit fondateur : être le carrefour de domaines différents : histoire, histoire de l’art, archéologie, physique, chimie, etc… Les champs impliqués comprennent tous les biens culturels mobiliers et englobent les œuvres d’art, les décors peints ou sculptés, comme les témoignages archéologiques, ethnographiques, le patrimoine scientifique, technique et industriel, l’histoire naturelle.

Après la refonte des statuts élargissant le public potentiel et les actions possibles tout en préservant exigence et déontologie, après la mise en place d’un nouveau site Internet, outil de communication et d’information mais aussi de liaison entre adhérents, il restait à se pencher sur ce qui fut pendant de longues années le support identitaire de la SFIIC à savoir la revue Coré.

Un temps de réflexion était nécessaire. L’environnement éditorial avait beaucoup changé depuis 1996 lorsque parut le n°1 consacré à la restauration des photographies : beaucoup plus de revues dédiées à la conservation restauration, Ceroart, Techné, In Situ… et bien entendu un nouveau support de publication et de diffusion avec le numérique.

Si l’option électronique a été retenue d’emblée, la ligne éditoriale suscita plus d’échanges mais se dessina assez rapidement en voulant faire de la nouvelle Coré le support de diffusion des travaux menés par la SFIIC et notamment par ses groupes de travail. Elle offre ainsi aux membres de l’association la possibilité de publier les communications les plus intéressantes, les plus innovantes des journées d‘études. Elle fait ainsi de Coré une revue ancrée dans l’actualité avec ses enjeux d’aujourd’hui et de demain exposés par les professionnels de la conservation-restauration. Elle se distingue de fait, en tant que support d’une activité associative et les retours d’expérience, des autres revues plus institutionnelles.

Ainsi la ligne éditoriale de Coré est redéfinie, la revue dotée d’un comité de rédaction et une perspective ambitieuse de 2 numéros par an, et le soutien du ministère de la Culture renouvelé.

Cette perspective n’empêchera pas la SFIIC, en fonction de l’actualité, d’inclure des articles de commandes ou de procéder à d’autres publications plus thématiques.

Le calendrier événementiel a d’ailleurs voulu que la renaissance de Coré se concrétise par un numéro hors-série relatant les journées d’études à Marseille en 2018.
Afin de marquer le retour de Coré sur le devant de la scène, ce numéro hors-série est accessible librement par tous et peut donc être commandé gratuitement, en version numérique.

Les numéros suivants de par leur vocation associative seront prioritairement accessibles aux membres, les modalités seront définies d’ici la prochaine publication.

Un lien sur le site de l’IIC, sera la manière pour la SFIIC d’apporter un cadeau francophone à cette communauté internationale qui fête en 2020 ses 70 ans d’existence, renouant également avec cette collaboration étroite qui existait entre l’IIC et la SFIIC.

Roland MAY
Président de la SFIIC

 

Comité de rédaction :

(extrait du règlement intérieur)

« La SFIIC se dote d’un comité de rédaction chargé de mettre en œuvre sa ligne éditoriale notamment avec la publication de la revue Coré (nouvelle édition), ses numéros Hors série ou encore des publications spécifiques (actes de colloque, ouvrages…).
Le comité de rédaction est chargé de collecter les articles et communications nécessaires aux publications mentionnées précédemment, d’en faire éventuellement une sélection en fonction des thématiques retenues et de mener à terme tout le travail éditorial (contacts avec les auteurs, relecture et BAT) en liaison avec les éditeurs concernés.
Le comité de rédaction est constitué de:

  • 4 membres de droit : le membre du CA chargé de la valorisation, le coordinateur des groupes, l’administrateur du site web et le chargé de la diffusion des publications ;
  • 3 adhérents de la SFIIC, volontaires pour participer à ces travaux pendant 3 ans, renouvelables ;
  • de personnes concernées par les publications en cours et invitées à des séances spécifiques par le coordinateur du comité de rédaction.

Un coordinateur du comité de rédaction est désigné par le comité pour une durée de 3 ans renouvelable »

Sont actuellement membres du comité de rédaction :

Lorraine Mailho, chargée de la valorisation, coordinatrice du comité de rédaction ;
Dominique de Reyer, coordinatrice des groupes ;
Rémi Catillon, administrateur du site web ;
Lise Leroux, chargée de la diffusion des publications ;
Nathalie Bruhière, Ann Bourgès, Isabelle Cabillic.

Retrouvez toutes ces informations, et bien plus, sur la page dédiée à Coré

Commandez ici tous les numéros de Coré, mais aussi les autres publications de la SFIIC


L’assemblée générale de la SFIIC, initialement prévue le 1er avril dernier, a du être reportée en raison de la crise sanitaire.

Bonne nouvelle, nous avons maintenant une date et un lieu :

l’AGO 2020 se tiendra le 16 septembre 2020, au C2RMF (Paris), à 16h

Merci d’avance de noter dès aujourd’hui cette date dans vos agendas.

Au plaisir de tous vous retrouver à cette occasion,
Le Conseil d’administration de la Sfiic



Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


© Musée des Tissus, Sylvain Pretto

 

Marie Schoefer-Masson dont nous venons d’apprendre le décès restera une personnalité qui a marqué la communauté textile.
Elle joua un rôle capital dans l’histoire de la conservation-restauration en étant, au Musée des Tissus de Lyon, à l’origine du premier laboratoire en France consacré à la conservation-restauration des textiles. Par la transmission de son expérience, son travail restera très présent à travers les générations de restauratrices textiles qu’elle a contribué à former.

Les membre de la Sfiic et plus particulièrement le groupe Sfiic textile s’associent à Patricia Dal-Prà et Marie-Anne Loeper-Attia, ses collègues et amies, qui lui rendent hommage.

 

Marie Schoefer-Masson nous a quitté le 28 avril des suites d’une longue maladie, contre laquelle elle se battait avec toute l’énergie et l’optimisme que nous lui connaissions. Elle avait été formée à la conservation-restauration des textiles, en Suisse à l’Abegg-Stiftung, et en était sortie en 1978, alors qu’aucune autre formation de ce type n’existait en Europe. Elle avait participé à la création du laboratoire de restauration des textiles au Musée d’Art et d’Histoire de Genève en 1980. En 1985, elle concrétisait le projet de création de l’atelier de restauration des textiles du musée des Tissus de Lyon ainsi que celui de nouvelles réserves et en prenait la direction. Cet atelier était le premier laboratoire consacré à la conservation-restauration des textiles en France. Elle y a travaillé de très nombreuses années jusque 2013. Beaucoup de collègues avaient eu la chance d’y aller en stage, de profiter de son savoir et de travailler avec son équipe. Elle a participé à la création puis dirigé l’atelier de conservation-restauration des textiles à l’IFROA, devenu l’Institut National du Patrimoine, de 1983 à 2007. En 2002, elle avait reçu la distinction de Chevalier des Arts et des Lettres. Sous sa responsabilité, de grandes restaurations textile ont été réalisées au musée des Tissus de Lyon.

Elle a été co-commissaire de plusieurs expositions comme « L’usure du temps » au musée archéologique de St Romain en Gal ou « Si le XVIIIe siècle m’était conté, costumes d’exception » au Musée des Tissus de Lyon. Elle a également écrit de nombreuses publications autour des textiles du musée ou d’autres pièces d’exception comme la chape de Ferdinand le Catholique de Grenade.
Ces dernières années, elle partageait son temps entre sa nombreuse famille et son atelier privé. Toujours partante pour une nouvelle expérience, pleine d’énergie et de passion pour son métier, Marie a su partager son savoir et sa joie de vivre avec nombre d’entre nous et nous lui en sommes très reconnaissants.


Les 26 et 27 mars à la Cité de l’Architecture, 10e édition des Journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels.

Le programme détaillé en cliquant ici

Conservation-restauration et environnement : Adaptons nos pratiques !

À l’heure où les enjeux environnementaux et les effets du changement climatique remettent en cause nos comportements et conditionnent les nouvelles politiques publiques, qu’en est-il dans le domaine particulier de la conservation-restauration des biens culturels ? Comment conjuguer la préservation du patrimoine et la protection de l’environnement ? Comment adapter les pratiques, afin de mieux répondre à l’ardente obligation du développement durable ? Quelles éventuelles contradictions se dessinent et comment les résoudre ?

Réduire l’empreinte carbone autant en conservation qu’en restauration, réduire les consommations d’énergie et favoriser le « zéro énergie » (pour chauffer des bâtiments d’intérêt patrimonial ou gérer le climat de nouvelles réserves), repenser les modes de conditionnement et leurs matériaux, trouver autant que possible des substitutifs aux matières plastiques, évaluer et réduire les risques de pollution dus aux substances et produits nocifs, traiter la problématique des déchets de toutes natures (en grandes et en toutes petites quantités), repenser la question des transports, mettre en place des « circuits courts », intégrer des obligations protectrices dans les marchés publics, voilà quelques-unes des questions qui seront abordées lors de ces journées.

Alternant avec des tables rondes qui réuniront des professionnels du patrimoine, des secteurs public et privé, apportant leurs témoignages, les interventions de personnes engagées sur le terrain fourniront de nombreux exemples de questionnements et de réponses possibles sur ce sujet d’actualité.
Le jeudi soir, une visite de exposition « Hommage à Notre-Dame de Paris » présentée dans la galerie des moulages du musée des monuments français sera proposée aux participants.

Organisées par la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture en partenariat avec la Cité de l’architecture & du patrimoine et l’Institut national du patrimoine, les dixièmes journées professionnelles de la conservation-restauration rassembleront une trentaine d’intervenants qui feront état de leur réflexion et de réalisations récentes, dans tous les champs patrimoniaux (archéologie, archives, musées, bibliothèques, monuments historiques) tant sur le patrimoine ancien que contemporain.

Programme et Inscription :

Cliquez ici pour consulter le programme détaillé.

Inscription gratuite mais obligatoire sur : https://www.citedelarchitecture.fr/fr/evenement/conservation-restauration-et-environnement-adaptons-nos-pratiques


Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



3ème journée d’étude du groupe Dorure
La dorure décryptée par l’analyse

A l’auditorium Palissy du Centre de Recherche et de Restauration des musées de France

Cette troisième journée portera sur la matérialité des feuilles (et objets) métalliques et leur mise en œuvre, à travers l’apport de différentes techniques analytiques et méthodologies de travail.
Quelles sont ces techniques ? Quelles informations apportent les analyses non-invasives ? Pourquoi effectuer des microprélèvements ? Comment interpréter les résultats obtenus ? Qu’est-ce que la caractérisation des matériaux nous révèle ? Quelles sont les limites ?

Nous tenterons de répondre à ces questions dans un premier temps par deux communications, qui évoqueront les principales techniques d’analyses employées actuellement pour la caractérisation des dorures en s’axant sur leurs apports respectifs. Par la suite, quatre cas d’études concrets permettront d’illustrer l’exploitation des résultats qui peut en être fait.

Comme pour les deux premières journées, du temps sera laissé pour de nombreux échanges afin de discuter des problématiques de chacun et croiser nos expériences respectives.

Retrouvez l’ensemble du programme en cliquant ici.

En raison du nombre de places limité, l’inscription est obligatoire, par mail à :dorure@sfiic.com

La journée est gratuite pour les adhérents de la Sfiic. Avant de vous inscrire, pensez donc à :