Le 8e colloque de l’ARDS est maintenu en présentiel et se déroulera du 18 au 20 janvier au Musée des Arts Décoratifs et au Musée du Louvre, à Paris.

Il a pour thème : l’albâtre dans les sculptures du Moyen-Age et de la Renaissance.

Retrouvez le programme complet ici : 8th_annual_ards_colloquium_on_alabaster_as_material_for_medieval_and_renaissance_sculpture

Les inscriptions sont maintenant closes mais vous pouvez retrouver plus d’infos sur ce colloque et l’ARDS ici :

https://www.mleuven.be/en/8th-annual-ards-colloquium#

https://www.ards.be/

 


Le 2 décembre, le Centre de conservation et de ressources du Musée national de la Marine, tient une Journée d’études sur la restauration des maquettes.

La journée se déroulera à Dugny et sera accessible en ligne.
L’inscription est gratuite mais obligatoire.

Retrouvez toutes les informations ici : https://www.musee-marine.fr/content/journee-detude-au-centre-de-conservation-et-de-ressources


La première conférence internationale sur les constructions à base de terre se tiendra à Paris les 18 et 19 mars 2022.
L’appel à communications est ouvert jusqu’au 30 novembre 2021.

Retrouvez l’ensemble des informations et des sujets abordés lors de cette conférence sur le site : https://conf-earth.sciencesconf.org/

 


Les formations initiales en conservation-restauration (INP, Paris 1, Tours et Avignon) organisent en collaboration avec la FFCR, le Ministère de la Culture et de la Communication et la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine un séminaire annuel sur le thème de la conservation-restauration en Monuments Historiques. Le séminaire est accueilli chaque année par une des quatre formations en collaboration avec la Conservation Régionale des Monuments Historiques de la région concernée.

Cette journée constitue un complément de formation pour les étudiants. Elle a pour objectif de mettre en lien les connaissances théoriques reçues par les étudiants avec l’expérience du terrain qu’ont les différents interlocuteurs du milieu Monuments Historiques : conservateurs MH, maîtres d’ouvrage, architectes du patrimoine, scientifiques, archéologues du bâti… Les présentations à plusieurs voix permettront de mettre en lumière les enjeux et interactions spécifiques d’une intervention de conservation-restauration dans le domaine des Monuments Historiques. Les étudiants conservateurs et architectes du patrimoine sont également conviés à cet évènement annuel afin de favoriser une compréhension commune de ces enjeux lors de futures collaborations.

Le séminaire est par ailleurs ouvert à tous les professionnels du domaine Monuments Historiques espérant ainsi nourrir les échanges et la portée pédagogique de l’évènement.

 

Détails, programme et inscriptions :

https://www.eventbrite.fr/e/inscription-seminaire-monuments-historiques-edition-2021-192164758967


L’Institut national du patrimoine (INP), le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), le laboratoire Arc’Antique et le Mobilier national vous invitent à la journée d’étude « Le PVC dans tous ses états » qui se déroulera en visioconférence sur Zoom le 15 octobre 2021.

L’objectif est de sensibiliser un public professionnel aux enjeux de conservation de ce matériau et de présenter les possibilités comme les limites des politiques de conservation actuelles.

Consultez le programme de la Journée en cliquant ici.

L’inscription est gratuite mais obligatoire afin de recevoir le lien zoom : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdch1JDw0YcBCQIm0wSyfaUdQc9vrUZgTb34oB31RvzT7CSOw/viewform

Comité d’organisation :
Maroussia Duranton, INP
Nathalie Balcar, C2RMF
Gilles Barabant, C2RMF
Jane Echinard, Arc’Antique
Lucile Montagne, Mobilier national

Cette journée bénéficie du soutien financier de la Fondation des Sciences du Patrimoine.


© C2RMF / Philippe Dureuil

Le Centre de recherche et de restauration des musées de France organise en région un cycle de journées d’étude sur la conservation-restauration des œuvres d’art.

Accueillies par le Musée de Picardie à Amiens les 23 et 24 septembre 2021, ces troisièmes journées sont destinées en priorité aux professionnels des musées (conservateurs, attachés de conservation, régisseurs, restaurateurs, etc.) et des Monuments historiques, aux étudiants ainsi qu’aux amateurs éclairés. Elles bénéficient du soutien de la DRAC Hauts-de-France (Ministère de la Culture), de la Ville d’Amiens et de la métropole amiénoise, du musée de Picardie, de la Fédération Française des Professionnels de la Conservation-Restauration (FFCR) et de la collaboration de l’Association Générale des Conservateurs des Collections publiques de France et sa section régionale (AGCCPF).

Ces journées sont dédiées à la réversibilité, l’irréversibilité et  la « retraitabilité » en conservation-restauration. Ce sera l’occasion de montrer, à partir d’exemples récents comment ces notions ont évolué et comment elles sont aujourd’hui appréhendées et interprétées aux différentes étapes d’une intervention (diagnostic, prise de décision, choix techniques, modes de médiation ou retour d’expérience). Ces questions pourront être abordées sous des angles divers : histoire des doctrines de la restauration, sciences de la matière, pratique de la restauration, sciences humaines, etc.

Les communications aborderont un large pan de techniques, de l’archéologie à l’art contemporain. Une attention particulière a été portée aux œuvres conservées dans les musées ou collections publiques de la région Hauts-de-France.

Retrouvez le programme en cliquant ici

Inscriptions

Les journées seront sur inscription, en présentiel, sous réserve des conditions sanitaires, et en visio.
Lien pour s’inscrire : https://forms.office.com/r/kepJ6qRFYA


L’enquête menée récemment dans le cadre du projet « Recherche et Restauration » auprès du DIM Matériaux anciens et patrimoniaux, au sein de l’ENS Paris-Saclay et en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a eu pour but d’identifier des pistes de réflexion à partir des discours des acteurs de la profession.

A côté des différentes études menées ces dernières années sur le statut professionnel des restaurateurs, cette journée se donne un autre objectif, alimenté à la fois par une réflexion sur les spécificités de l’interdisciplinarité mise en œuvre dans les études portant sur matériaux anciens, et par une réflexion construite à partir de projets collectifs.

Cette journée aura pour but d’identifier des outils, des instruments, des processus, simples, robustes et innovants favorisant une meilleure articulation entre recherche et restauration dans le cadre d’une réflexion inter- et pluridisciplinaires.

La première partie de cette journée sera organisée autour de deux thématiques : Enquêter et Partager dans l’interdisciplinarité. Les conférences présentées au cours de cette matinée mettront l’accent sur l’actualité de cette thématique « Recherche et Restauration », tant sur le plan national qu’européen.

La seconde partie de cette journée sera rythmée par deux tables rondes. Ces tables rondes ont pour objectif, d’une part, de faire témoigner différents acteurs qui ont mené des projets à l’issue desquels des outils concrets ont été mis en place. D’autre part, elles offriront l’opportunité d’ouvrir un terrain de discussion sur les modes de soutien de la Région Ile-de-France.

Déroulement

Etant donné la crise sanitaire et l’absence de visibilité sur les règles qui seront appliquées au mois de septembre, la journée se déroulera en distanciel.

Retrouvez toutes les informations ainsi que le programme (à venir) sur le site du DIM MAP : https://dimrestauration.sciencesconf.org/


Chères et chers collègues,

Il reste encore des places pour la prochaine école thématique Pluribois “Les bois et leurs usages : approches pluridisciplinaires des dégradations et des empreintes”.

L’école est organisée à Aspet, dans le superbe site du Bois perché, aux pieds des Pyrénées.

https://www.boisperche.com

 

Une série d’interventions est programmée autour des 4 grands thèmes structurants de l’école :

  • Dégradations des ressources forestières liées aux changements globaux avec Xavier Morin, CEFE ;
  • Dégradations du bois en milieu naturel et enjeux de conservation avec Laurent Larrieu, CNPF, INRAE, Dynafor ; Nadine Amusant, EcoFoG, et Nicolas Gouix, CEN Midi-Pyrénées, GEODE ;
  • Dégradations et durabilité du bois dans les ouvrages d’hier, d’aujourd’hui et de demain avec Marie-France Thévenon, BIOWooEB ; Emmanuel Maurin LRMH ; Magali Toriti, CReAAH, et Stéphane Lamouille, PLH, IRAA ;
  • Bois dégradé : ressource sous-exploitée, à valoriser ? Avec Christophe Belloncle, LIMBHA ESB et Frédéric Épaud, CITERES LAT.
  • Frank Krumm, du Swiss Federal Institute for forest, Snow and Landscape Research WSL – Forest Dynamics Research Unit, sera notre conférencier invité sur la thématique de la prise en compte du bois dégradé dans la gestion forestière.

Nous vous concoctons également des sorties terrain et des animations « team building » autour de la dégradation comme objet interdisciplinaire.

Les pré-inscriptions sont prolongées jusqu’au 30 mars 2021 : nous vous attendons nombreux.euse.s.

https://www6.inrae.fr/gdr-sciences-du-bois/Manifestations/Les-manifestations-du-GDR-bois/2021/PLURIBOIS-2021

 

Excellente journée,

Vanessa PY-SARAGAGLIA

– – –

Chargée de recherche CNRS

Directrice GEODE UMR 5602


Appel à contribution – Journées d’études – INHA, 7-8 octobre 2021

Echéance : 12 mars 2021

L’INHA organise avec les Archives nationales et le Mobilier national deux journées d’études spécifiquement consacrées à l’atelier de teinture des Gobelins.

S’étant établi non loin de la Bièvre dont les eaux étaient réputées pour leurs qualités tinctoriales, Jehan Gobelin, teinturier originaire de Reims, crée un atelier au milieu du XVe siècle. Ses descendants, experts dans l’art de la teinture des laines en écarlate de Venise, acquièrent bientôt de vastes terrains donnant sur la Bièvre et y bâtissent de vastes ateliers. Henri IV les loue et y fait installer des ateliers de tapisserie.

En 1662, Colbert rachète la propriété pour la Couronne, regroupe et place les différents ateliers sous la direction de Charles Le Brun. Pour réorganiser l’atelier de teinture, Le Brun fait appel à un maître teinturier hollandais, Josse Kerchove. Depuis cette époque, l’atelier de teinture des Gobelins, qui est le plus ancien atelier de teinture européen ayant une activité ininterrompue depuis sa fondation, est resté à la même place au sein de l’enclos des Gobelins, au nord de la chapelle.

C’est cette riche histoire diachronique et pluridisciplinaire que proposent d’explorer ces journées d’études, les premières consacrées à l’atelier de teinture des Gobelins dans le long temps de son histoire. S’appuyant sur des sources inédites ou éclairées d’une problématique nouvelle, ces journées d’études ont vocation à renouveler l’état des connaissances sur l’atelier des teintures.

A partir de recherches inédites et de sources collationnées depuis 2015 par les équipes du Mobilier national et mises à la disposition des chercheurs, différentes thématiques pourront être abordées durant ces journées :

– le rôle de l’atelier de teinture dans l’évolution des textes réglementaires organisant le métier de teinturier, de la réorganisation de Colbert au début du XXe siècle ;

– l’apport des directeurs successifs à l’atelier de teinture ; de manière générale, toute recherche prosopographique sur les personnels de l’atelier des teintures est bienvenue ;

– les contributions de la chimie industrielle à l’ensemble des procédés de préparation et de teinture des étoffes ;

– l’école de teinture fondée au début du XIXe siècle par les Gobelins puis les cours de Chevreul, replacés au sein de l’enseignement de la teinture à Paris dans le long XIXe siècle (enseignements comparables de Payen et de Persoz dispensés au CNAM, ou encore dès les années 1830 à Lyon, Mulhouse et Rouen) ;

– le statut de laboratoire d’expertise nationale joué par l’atelier de teinture au XIXe siècle, d’abord sous le Premier Empire relativement à la production des soyeux lyonnais puis dans le contexte du développement des industries tinctoriales dans les colonies (Garance et cochenille en Algérie ; Indigo au Sénégal) et plus largement dans le monde occidental.

Pour chacune de ces thématiques, des communications sur d’autres ateliers de teinture ou d’autres expériences internationales de transmission des savoir-faire et des pratiques tinctoriales seront les bienvenues, dans une perspective comparatiste. De même, la participation de chercheurs et chercheuses développant leurs travaux en histoire des sciences, en histoire, en littérature, en design textile et couleur, ou en sciences de la conservation est particulièrement souhaitée.

Le colloque se déroulera à la fois en ligne et en présentiel, nécessitant une attention toute particulière au format des interventions. Nous demanderons aux participantes et participants de concentrer leur propos de manière très précise durant 15 minutes afin de valoriser les temps de discussion. Les communications pourront être données en français ou en anglais.

Comité scientifique et d’organisation :

Muriel Barbier (Mobilier national)
Anne-Laure Carré (Conservatoire national des arts et métiers)
Hélène Cavalié (Mobilier national)
Claude Coupry (CNRS)
Joëlle Garcia (Muséum national d’histoire naturelle)
Clémence Lescuyer (Archives nationales)
Alexia Raimondo (Archives nationales)
Charlotte Ribeyrol (université Paris-Sorbonne)
Marie-Anne Sarda (INHA)

Les propositions de communication (2000 signes), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à adresser avant le 12 mars 2021 à : marie-anne.sarda@inha.fr et alexia.raimondo@culture.gouv.fr

Plus d’informations sur le site de l’INHA : https://www.inha.fr/fr/recherche/appels/appels-a-contributions/appels-en-cours/gobelins-2021.html


PRÉSENTATION DES JOURNÉES DU GDR SCIENCES DU BOIS

Les sciences du bois sont pratiquées actuellement par une communauté très diverse par ses disciplines, thématiques et contexte institutionnel. Les objectifs du GDR 3544 Sciences du Bois sont de rassembler cette communauté autour de thèmes scientifiques transversaux, de proposer des actions de coordination en matière de pédagogie, de mettre en place des partages de ressources et d’établir des relations avec la communauté scientifique nationale, voire internationale francophone, et les professionnels.

L’objectif des journées scientifiques du GDR est de partager une culture commune. Cette manifestation s’est tenue les années précédentes à Montpellier (2012), Champs-sur-Marne (2013), Nancy (2014), Clermont-Ferrand (2015), Bordeaux (2016), Nantes (2017), Cluny (2018) et Épinal (2019).

En 2020, cette manifestation sera organisée par des acteurs du site scientifique grenoblois. La participation à ces journées est de l’ordre de 200 personnes avec une vingtaine de participants étrangers.
Ces journées consisteront comme les années précédentes en des exposés invités, suivis de présentations éclair appuyées par des posters. Des créneaux pour des réunions de groupe de travail à l’initiative des participants seront aménagés, ainsi que  la possibilité de découverte des activités dans le domaine du bois des laboratoires du campus hôte, ainsi que d’entreprises et lieux culturels locaux.

THÉMATIQUE GRENOBLE 2020 : MULTIFONCTIONNALITÉ DES FORÊTS ET DIVERSITÉ DES USAGES DU BOIS

Les usages du bois sont divers dans la construction et l’ameublement, la papeterie et les emballages, l’industrie et les nouveaux matériaux. L’utilisation du bois est en pleine croissance, dans sa forme traditionnelle de bois massif, mais aussi par le développement actuel de l’usage de bois fortement transformé (collé, abouté, reconstitué, déchiqueté…). Ce renouveau des usages du bois nécessite une connaissance toujours plus approfondie de ses caractéristiques chimiques, physiques, biologiques et mécaniques, mais celles-ci sont intimement liées à son mode de croissance en forêt.

Le caractère renouvelable de la ressource en bois est un atout, mais à l’aune des enjeux socio-environnementaux, la gestion soutenable de la forêt est une clef pour sa disponibilité à long terme. La forêt en plus d’être le lieu de production de bois pour l’industrie et l’artisanat constitue également un espace d’activités agricoles, de pratiques de loisir, de biodiversité, ainsi qu’un lieu de stockage du carbone et de protection contre les risques gravitaires.

La multifonctionnalité de la forêt s’accompagne d’une diversité des essences forestières et d’une gestion différenciée des coupes, qui paraissent être d’ailleurs des atouts au regard des changements climatiques actuels. Dans ce sens, interroger le bois comme matière et matériau depuis la ressource forestière jusqu’à son utilisation dans le bâtiment ou la papeterie se révèle fondamentale. Il s’agit ainsi de questionner la filière de transformation du bois de l’amont à l’aval, les systèmes de production et d’acteurs associés, les techniques employées et les connaissances mobilisées afin de prendre en compte la multifonctionnalité des forêts et la diversité des usages du bois.

CRISE SANITAIRE ET ORGANISATION DU COLLOQUE

Les journées seront maintenues par une organisation adaptée à la fois par un accueil en présentiel et une possibilité de visioconférence en distanciel, cependant l’inscription reste obligatoire pour la gestion de l’organisation.

INSCRIPTION ET TARIFS

A titre exceptionnel, dans le contexte de la crise sanitaire, l’inscription est gratuite et prise en charge par le GDR Sciences du bois, cependant l’inscription en présentiel ou en distanciel reste obligatoire pour la gestion de l’organisation.

Retrouvez toutes les informations sur le site dédié à ces rencontres.